Calembour pilaire.

Temps calme devant le premier épisode de Narnia.
Ca ouvre sur une scène assez anxiogène, Londres sous les bombes…
Lui :

P’pa, c’était là la guerre mondiale ?

Moi :

Pas seulement en Angleterre, beaucoup ici en France aussi, et puis un peu partout en Europe, et même au delà…

Lui :

Et y a beaucoup de Français qui sont morts ?

Moi :

Ouais, des Français, mais aussi des Allemands, des Anglais, des Italiens, des Russes, des Polonais…

Lui :

Des poils au nez !?

Elle :

LOL ! Nan, des poils au cul !

Putain, explique-moi ce que je vais faire de ces deux-là…
Continuer la lecture de « Calembour pilaire. »

Entichée et étourdie.

Lui :

On pourra retourner où y avait la grande piscine, là, pour les vacances ?

Elle :

Ah ouais, s’te plait, P’pa !

Lui :

Mais on ira juste à trois, cette fois, vu que t’as plus d’amoureuse…

Elle :

Ou bien on emmène Quentin ?

Nous :

LOL !!!

Quentin, c’est ce voisin quatre ans plus vieux qu’elle, beau gosse, poli et serviable, et, chose qu’elle croyait nous cacher, dont elle est amoureuse…
Note pour plus tard :
Ne jamais confier un secret à cette andouille même pas capable de garder les siens !
Continuer la lecture de « Entichée et étourdie. »

Destination universelle des biens.

La douche, cette parenthèse propice à la réflexion :

Je suis quand même triste d’avoir deviné pour le Père Noël et la Petite Souris…

Arf, je suis désolé pour toi, Fils ; fallait bien que ça arrive.

Quand je serai grand, j’aurai le droit de faire le Père Noël ?

Certain ; tu pourras te déguiser pour tes mômes si tu veux.

Si je suis riche, j’achèterai plein de cadeaux pour les distribuer.

Continuer la lecture de « Destination universelle des biens. »

© Susokary - Tous droits réservés.