Otages de notre lien affectif.

J’ai beau les engueuler dix fois par jour, et même leur coller une tarte de temps en temps, j’ai droit à un crobard ou à un mot d’amour, presque quotidiennement.
Syndrome de Stockholm ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© Susokary - Tous droits réservés.