Astreint à l’absolution.

Dieu sait s’il verse facilement dans l’outrance, l’insolence, voir le franc manque de respect.
Mais quand il réalise finalement qu’en poussant l’humeur ou la rigolade trop loin il a dépassé les bornes, sa culpabilité est tout aussi palpable, alors qu’il prononce ces deux simples mots :

Pardon, Papa…

Jamais vu un gosse s’excuser aussi spontanément et sincèrement.

Anecdote initialement publiée sur Facebook :
https://www.facebook.com/susokary/posts/3530253110318909

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© Susokary - Tous droits réservés.